Pâques

Categories: Blog

Pâques nous parle de liberté, de délivrance, de renouveau et d’espérance.

Au temps de Jésus, on célébrait cette fête différemment qu’à l’époque de l’Ancien Testament. La fête, célébrée à Jérusalem, durait 8 jours. Les chefs de famille, chacun avec son agneau pour le sacrifice, occupaient les parvis du Temple. Les portes étaient fermées, puis le sacrifice sanglant commençait. Les prêtres, munis de vases d’argent et d’or, recueillaient le sang. Les bêtes étaient dépecées, puis les familles emportaient leur agneau à la maison et le rôtissaient au complet. Avant de manger la chair du sacrifice, on prononçait aussi la parole de bénédiction suivante : « Béni sois-tu Seigneur notre Dieu, Roi de l’univers, qui nous a sanctifiés par tes commandements et nous a ordonné de manger la Pâque. »

Aujourd’hui, les cérémonies de la Pâque se perpétuent sous des formes adaptées, mais qui conservent la mémoire et la signification de cette fête importante.

Pâques est, dans le judaïsme, la fête de toutes les libérations de son histoire :

  • Dans les temps passés, Dieu a libéré son peuple avec la Pâque de Moïse.
  • Dans les derniers jours, Dieu a envoyé son fils comme rédempteur pour notre justice et notre salut.
  • L’espérance de la libération annoncée par ces deux Pâques n’en constitue en réalité qu’une seule : Jésus, le Messie, dont toutes les racines sont juives, est venu pour accomplir la Pâque de son peuple. Il est devenu l’Agneau sacrificiel pour tous les hommes.

 Et depuis la mort de Jésus, la Pâque est célébrée pour nous souvenir de sa résurrection au troisième jour.

 Aujourd’hui, quel sens pouvons-nous donner à la fête de la Pâque ?

 J’aimerais vous proposer que la Pâque existe pour trois raisons :

  1. Dévoiler notre justification : La Pâque nous révèle le « comment » de la résurrection de Christ. Jésus est mort par choix, ressuscité dans un corps de gloire pour vivre éternellement. La mort de Jésus a permis à Dieu de montrer qu’il nous aimait, qu’il souffrait de notre éloignement spirituel et qu’il désirait passionnément reconnecter avec sa création.
  2. Déclarer notre liberté : La Pâque nous révèle les « pourquoi » de la résurrection du Christ. Cette résurrection a entrainé plusieurs conséquences positives pour l’humanité, notamment les suivantes :
  • Nous pouvons vivre, parce que sa résurrection a ôté la condamnation du péché qui nous entrainait dans la mort spirituelle (Rom. 6.23).
  • Nous pouvons aimer, parce que sa résurrection témoigne de son amour manifesté par les actes (Jn. 5.38).
  • Nous sommes devenus « justes », parce que sa résurrection déclare que notre péché est resté sur la croix tandis que Jésus est revenu à la vie (Rom. 4.25).
  • Nous sommes éternels, parce que sa résurrection notre donne l’espérance pour notre propre résurrection (1 Co. 15.20).
  1. Définir notre autorité : La Pâque nous révèle également les conséquences de la résurrection de Christ. Avant cet événement, la Bible nous dit que la terre était sous le contrôle du prince de la puissance de l’air (que l’on appelle aussi le diable ou Satan) et que ses démons contrôlaient les nations avec un pouvoir absolu. Mais à la croix, Jésus les a dépouillés de leur autorité. Ils sont devenus des lions sans dents ni griffes (Col. 2. 14-15). Et juste avant son enlèvement, Jésus déclarera à ses disciples que maintenant, tout pouvoir lui a été donné dans le ciel et sur la terre (Mt 28.18).

 En vivant Pâques cette année, relisons le Psaume 57.4 dans lequel le psalmiste déclare par la foi que Dieu enverra du ciel le salut. Il est venu, il a vécu parmi nous… Pâques célèbre ce que Noël a commencé. L’enfant du berceau est devenu le roi crucifié et parce qu’il l’a fait, il ne tient plus compte de nos fautes, mais juste de sa grâce. Prenons conscience de ce cadeau et recevons-le par la foi.

Je vous souhaite une joyeuse célébration de la Pâque !

Guillaume Duvieusart